Le Content Editor, un maillon essentiel de la création de contenus B2B de qualité

La Team CoEd
Content Editors
30 décembre 2019
7 min

Le Content Editor, éditeur de contenu, ou secrétaire de rédaction, est le garant de la qualité de vos contenus (ou content quality), et ce n’est pas un vain mot… Vous voulez que vos articles procurent la meilleure expérience de lecture à vos utilisateurs cible ? Vous voulez que vos livres blancs soient irréprochables au niveau de la forme et punchy au niveau du fond ? Vous voulez que le SEO de vos vidéos soit au top ? Les symptômes sont clairs : vous avez besoin d’un Content Editor. Ça tombe bien car, avec Invox, c’est un job qui revient à la mode !

Le Content Editor (CoEd), un des trois membres de la Team Content

Lorsqu’Invox était encore uniquement une agence de content marketing, en 2016, le besoin s’était fait sentir de recruter des secrétaires de rédaction pour assurer la qualité ortho-typographique, la cohérence de la ligne éditoriale et le tone of voice de chaque client, optimiser les contenus web pour les moteurs de recherche (le SEO) et intégrer les articles divers sur les CMS (principalement WordPress). En bref : être le maillon final de la stratégie éditoriale.

En 2018, le métier d’Invox s’étant diversifié (pour aller vers la demand generation), le métier de nos secrétaires de rédaction n’avait plus grand chose à voir avec une appellation héritée de la presse écrite et désormais trop restrictive. Exit les secrétaires de rédaction : les éditeurs de contenu allaient faire leur place au sein d’Invox. Le règne des Content Editors pouvait commencer…

content editor rex

Le Content Editor, garant de la qualité éditoriale et design

Le Content Editor, ou CoEd, est un profil assez peu répandu dans le marketing. Et pourtant, chez Invox, on dénombre pas moins de quatre de ces oiseaux rares à la plume souple et à l’œil aiguisé. Oh, ça a l’air beau ! Mais ça mange quoi ces bêtes-là ? Mieux, ça FAIT quoi ?

La base du métier de relecteur de contenu

On serait tenté de croire, à tort, que le Content Editor ne fait que traquer fautes d’orthographe,, virgules en trop et phrases à la syntaxe bancale, armé d’un dictionnaire et du code typo. Mais ce serait là un rôle bien réducteur pour ce caméléon (Ah bon ? C’est plus un oiseau ?). Car oui, le job du CoEd est d’assurer l’extrême qualité des contenus. Article de blog, infographie, livre blanc, quiz… tous les formats créés par Invox passent entre ses mains, pour garantir qu’ils soient justes, beaux et efficaces.

Le contenu B2B : un tout cohérent

Il s’agit donc d’un vrai défi, mais ça tombe bien, le CoEd adore ça. Ce dernier challenge tout : le brief d’un premium (un contenu qui sera ensuite confié à l’équipe design), la cohérence d’une publication social media, la syntaxe d’une phrase, l’impact d’un objet de mail ou encore la structure d’un article, et des contenus entiers quand il s’agit de content maintenance. Il se coupe les cheveux en quatre (donc il a des cheveux ? Serait-il humain ?), pour rendre une accroche percutante, vérifier des sources, rendre une titraille plus sexy, choisir des illustrations… Faire tout son possible, en somme, pour que le contenu que reçoit le client soit aussi agréable à lire qu’à regarder… et qu’il soit performant, bien sûr.

Une préoccupation principale : l’expérience de lecture

Il est comme ça, le Content Editor : il use de ses charmes son clavier pour séduire le lecteur. Et il a plus d’un tour dans son Mac pour capter et retenir son attention. Le CoEd est un littéraire qui aime les mots, mais il sait surtout bien les choisir – en Français, en Anglais et en SEO, pour faire plaisir à Google, même s’il s’adresse avant tout à des lecteurs humains. Tout est une question d’effet sur le buyer persona visé et sur son degré de maturité. Oui, le CoEd aime bien faire des rimes.

fusée du content editor

Le Content Editor, technicien du contenu

Le Content Editor a donc mis tout son cœur dans la création ou l’optimisation d’un contenu, quel qu’il soit. Il s’est assuré que le brief était respecté, que la qualité du contenu était au rendez-vous : la performance devrait suivre. Mais pour que ce soit le cas, la vie du contenu ne s’arrête pas là. Eh non : il est temps pour le CoEd d’enfiler une nouvelle casquette (vous l’imaginez, l’oiseau avec sa casquette ?), celle de technicien du contenu.

L’optimisation SEO des contenus : CoEd, Google est ton ami !

Pour être efficace, pas question que le contenu finisse dans les bas-fonds de Google. Au contraire : il doit remonter dans les premiers résultats des moteurs de recherche. Il s’agit alors d’allier SEO et content marketing (marketing de contenu, ndlr). Le CoEd pense keywords en gras, méta-données, textes alternatifs, backlinks, url… Tout en gardant en tête la qualité : le SEO ne se fait jamais au détriment de la qualité mais bien en plus !

Le choix iconographique : sage comme une image

Un article sur une page blanche, sans le moindre visuel, c’est un peu comme un chat sans poil : ça perd tout son sens. Un contenu efficace, c’est un contenu accompagné d’un visuel véhiculant l’identité de la marque. Eh oui, c’est le CoEd qui doit dégoter la bonne image, la bonne photo ou la bonne illustration vectorisée, tout en veillant à la cohérence iconographique de chaque publication. Il s’occupe aussi de coordonner le travail du designer sur les contenus premium, en partenariat avec le Content Manager.

joey tribbiani était sans doute content editor

L’expérience de lecture : à fond la forme

Un contenu bien référencé et bien illustré, c’est un bon début. Mais encore faut-il que l’expérience de lecture soit optimale. Que ce soit sur le fond, qui doit être expert et intéressant, mais aussi sur la forme –  encadrés, blocs de couleur, pictogrammes bien pensés peuvent faire la différence ! Les CMS n’étant pas toujours si simples à dompter, chez le CoEd, la maîtrise des bases html et des shortcodes est précieuse.

Le maillage : les liens internes, il n’y a que ça qui maille

Un magazine web ou un resource center efficace est un mini-site avec des liens placés au bon endroit, au bon moment, avec les bonnes ancres, autour de bonnes pages piliers, pour que rien ne s’effondre. Cette toile permet au lecteur de circuler aisément d’un contenu à l’autre : la navigation est facilitée, l’expérience optimisée, ce qui n’est pas sans conséquence – positive – sur les résultats. Finalement, le Content Editor serait-il une araignée ?

La performance : la destination finale

Faire des jolis contenus ne suffit pas ! Nous avons des objectifs et nos clients attendent des résultats. Le Content Editor est aussi là pour ça : il se doit de favoriser l’impact et de trouver les meilleurs call-to-action, en termes de wording comme en termes de mise en forme. Quand on parle de contenus de qualité, on parle aussi de contenus performants !

Le Content Editor et les plateformes
En tant que technicien du contenu, le Content Editor se doit de maîtriser un certain nombre d’outils, sans lesquels le contenu ne peut prendre toute sa valeur ajoutée.

  • Les CMS – content management system : WordPress, HubSpot, Drupal…
  • Les outils de création de quiz : Outgrow, Interact…
  • Les logiciels de création de contenus dynamiques tels que ThingLink.
  • Les outils d’envoi de newsletters : Mailchimp, Emma, ActiveCampaign
  • Les outils d’hébergement de vidéos tels que YouTube.
  • Et ce ne sont là que les principaux, il peut aussi avoir la main sur votre site internet !

desing d'un resource center - content editor chez invox

Le Content Editor, maître de la lisibilité des contenus

Vous l’aurez compris, le CoEd sauvage est un peu névrosé. Mais pour de bonnes raisons : c’est de lui que dépend, en grande partie, l’expérience de lecture finale. Tel un félin aux aguets, l’œil vif, il veille à ce que la jungle de mots qui se dresse devant lui préserve son équilibre naturel. Jusqu’à, lorsqu’il le faut, projeter son doigt souple sur la touche « suppr. » pour faire cesser d’exister l’élément perturbateur, l’origine du mal et de tant d’ennuis, la goutte d’eau qui fait déborder le vase, la virgule de trop, ou le mot mal choisi – oui, le CoEd prend sa mission très à cœur.

La lisibilité du contenu, un travail d’horloger

Car, voyez-vous, la lisibilité d’un contenu ne se limite pas à la beauté du contenant. C’est le choix du vocabulaire adéquat, fin, incisif, qui peut faire toute la différence. Oui, « peut », car le travail ne s’arrête pas là. L’amour du mot, du beau mot, c’est aussi l’amour de la phrase bien structurée, du paragraphe construit avec minutie, et de l’article qui se lit avec fluidité. Et pour ravir cet amour cruel qui prend tout – surtout la tête – et qui n’offre rien en retour que la satisfaction du travail bien fait ainsi qu’un paquet de leads, le CoEd a dans sa mallette bien des atouts.

Tout donner au service de l’efficacité du contenu

De la figure de style à la transition qui fait s’enchaîner les idées en douceur, en passant par les GIF, shortcodes et encadrés récapitulatifs, le Content Editor mobilise tous les ingrédients côté langue, comme technique. Et ce, à toutes les sauces ! Car, en fin de compte, pour que l’expérience de lecture soit la plus agréable, c’est aux besoins du lecteur qu’il faut penser en premier lieu. Et de là découle tout le reste.

Le CoEd, motivé par l’envie…

Du choix du vocabulaire à la façon de créer du liant entre les paragraphes, du ton léger et accessible au plus soutenu, des formulations alambiquées – qui fait encore ça ? – aux constructions les plus simples : l’avantage premier du CoEd, c’est qu’il s’adapte aux envies de son lecteur – votre prospect.

le content editor en train de lire

Le Content Editor et le rédacteur, la love story
Nous parlons souvent de notre équipe de 150 freelances multilingues. Ce grand pool de rédacteurs (et de traducteurs) indépendants est en effet essentiel à la création de nos contenus.

Ils sont recrutés et testés par les Content Editors, qui se chargent ensuite de leur donner des feedbacks sur leur production – surtout sur les premiers contenus – pour construire avec eux une collaboration qui permet d’avoir la meilleure matière première pour les contenus – un véritable minerai !

Le CoEd s’assure aussi que le rédacteur reste « dans les clous » : respect du maillage, du ton, du brief… Un bon rédacteur est essentiel pour produire un bon contenu, tout comme le CoEd est indispensable pour aiguiller la rédaction web du freelance, assurer la qualité ortho-typo, la cohérence avec les besoins du client, la titraille, la cohésion graphique en aval, la mise en page des articles, etc.

Vous êtes étonné face à ce métier de Content Editor ? Sachez que si nos contenus B2B sont irréprochables, c’est en partie grâce à eux. En partenariat avec le Content Manager, le rédacteur freelance et le Content Designer, ils veillent à la bonne qualité des contenus, en embuscade derrière chaque phrase, chaque intertitre et chaque méta-description. Ils mobilisent toutes leurs compétences pour créer la meilleure expérience de lecture possible… et générer un maximum de leads ! Envie de rencontrer ces licornes du contenu B2B ? Rejoignez la team, on recrute.

Découvrez nos offres d'emploi ➞

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés