Ça fait quelques années que l’intelligence artificielle s’attaque à la création de contenu. Si les technologies étaient d’abord bancales, elles progressent et font aujourd’hui de belles choses. L’IA devient même un partenaire pour les créateurs de contenus. On a testé 6 outils d’AI Writing. Et on ne peut que les recommander !

AI Copywriting : oui, c’est bien

Les Copy.ai, Rytr, WriteSonic, MarkCopy, Jasper & co vont nous sauver de tous les contenus épouvantables qu’on peut voir ici ou là. Tout simplement parce que le très bon contenu nécessite deux choses : un très bon fond 💡ET une très bonne forme 🎨.

Ce qui fait 4 possibilités :

  • bon fond, bonne forme : le Graal.
  • bon fond, mauvaise forme : c’est dommage !
  • mauvais fond, bonne forme : je ne vous dis rien mais je vous le dis bien.
  • mauvais fond, mauvaise forme : merci de passer votre chemin.

Le problème, c’est qu’il y a une petite armée, bien aidée par les algorithmes, qui perce avec du mauvais fond mais un bon travail sur la forme. Ils n’apportent pas grand chose au débat, mais ils sont visibles. Là où d’autres n’aiment pas ou ne savent pas (ou ne prennent pas le temps de…) faire des contenus dans la bonne forme, alors qu’ils ont les idées… Les robots vont aider cette catégorie (bon fond, mauvaise forme) :

  • En leur donnant des accroches.
  • En réécrivant ce qu’ils ont mal exprimé.
  • En les décomplexant des lacunes de leur plume.
  • En rédigeant des paragraphes à partir de bullet points.
  • En enlevant ce fameux syndrome de la page blanche.

A contrario, l’afflux de bonnes idées et de fond qualitatif devrait faire disparaître ceux qui ne racontent pas grand-chose (mais le font bien). Bref, on a hâte que les robots d’IA nous aident à avoir encore plus de bons contenus !

Comment ça marche ?
Des outils qui marchent plus ou moins à l’intelligence artificielle (IA) ou au machine learning tout le monde en côtoie et en utilise depuis plus de 30 ans. Ils marchent tous selon le même principe de base : en gros, on entraîne un outil avec au choix des millions de données glanées sur toute la toile ou avec ses propres préférences – au hasard, un correcteur orthographique ou un traducteur en ligne.

Rappelez-vous Google Translate il y a dix ans, c’était nul. Aujourd’hui, c’est méga puissant et ça comprend énormément de nuance. Voilà : le monde entier l’a entraîné.

Bref, un bon AI Writing assistant, ça se paramètre comme n’importe quel outil : on lui donne une tâche à faire (une idée, une phrase, une question, un bout de brief) et on précise les paramètres à utiliser (tonalité, format, nombre de caractères, niveau de langues, etc.). Et hop, l’intelligence artificielle génère ce qu’on veut.

Bien entraînée, une IA peut écrire exactement comme vous l’auriez fait. Mais plus vite. Et il faut relire. Et parfois pas tout accepter.

Bref. C’est une vraie collaboration !

Les 6 outils d’AI Writing auxquels on s’est frottés

#1 Copy.ai

Côté marketing, ils sont forts : Copy.ai nous a vite sauté aux yeux, et apparaît comme une référence du copywriting et du content writing assistés par AI. Ses résultats sont assez bluffants !

On y trouve de nombreux outils pour répondre à des besoins variés :

  • idées d’articles de blog
  • bullet points pour un paragraphe
  • paraphrase
  • objet de mails
  • captions Instagram
  • article de blog

Difficile d’être exhaustif sans en faire un ebook : les outils sont vraiment vraiment nombreux, et adaptés à tous les métiers du Content Marketing.

ai writng

 

L’outil ne s’arrête pas à fournir du fond, des idées : vous pouvez aussi choisir la tonalité désirée pour votre texte. La plupart des solutions d’AI writing le font désormais, mais c’est quand même assez fou, non ?

ai writing

#2 Elephas

Elephas est plus jeune, mais tout aussi prometteur. Son credo : augmenter ce que vous écrivez et l’améliorer pour vous permettre de créer les meilleurs contenus possibles.

Il s’agit-là de télécharger un logiciel, qui peut ensuite vous aider sur pas mal d’applications – de Google Docs à Notes en passant par vos mails. Vous pouvez lui demander d’analyser puis d’enrichir votre paragraphe : il le rallongera avec des mots plus justes, plus appropriés, et des tournures plus impactantes. (Entre nous, je demanderais ça à un collègue que je ne serais pas sûr qu’il fasse aussi bien – et je ne pense à personne en particulier.)

Là aussi, la plupart des formats sont pris en compte :

  • articles
  • emails
  • report
  • posts Social Media
  • traduction et contenus internationaux
  • titres
  • et même formules Excel

L’inconvénient ? Il faut mettre sa CB pour profiter des 7 jours d’essai gratuit. Mais ça en vaut la chandelle.

Pour les curieux
La plupart des outils d’AI writing se basent sur le modèle GPT-3. Rien à voir avec le père de Pinocchio. C’est l’acronyme de Generative Pre-trained Transformer 3, un modèle de langage qui a été entraîné sur des milliards de mots.

Avec le machine learning, la techno peut être enrichie sans cesse pour proposer des textes toujours plus pertinents, qualitatifs, des idées précises et justes de contenus… Bref, elle s’enrichit de tout ce qui passe sur « L’internet » et, à force, devient très quali. On dirait un réseau de neurones, on vous jure, c’est presque émouvant.

#3 Mark Copy

Fabrication française. À l’instar de Copy.ai, Mark Copy est riche de formats et de templates.

  • Article de blog complet
  • Description produit
  • Posts et Intro Linkedin
  • Sommaire
  • Meta description
  • En-tête de site
  • Slogans
  • Call-to-action

ai writing

Là encore, on peut choisir sa tonalité, son style, et laisser Mark écrire pour nous.

Le hic ? Selon le sujet et les mots-clés précisés, il y a parfois un travail de réécriture important à prévoir. Mais l’outil aide vraiment à démarrer des articles, à trouver des idées pour se lancer dans la rédaction…

Il faut se plonger dedans pour apprendre à l’utiliser (prendre ses Mark, quoi) mais il peut rendre de précieux services !

#4 Headline Analyzer

Un de nos coups de cœur, dont le principe est très simple : vous proposez un titre, un objet ou une accroche, et il vous le score. Bon, jusqu’ici, ce n’est pas forcément très constructif. Mais il donne plein de recommandations pour l’améliorer, trouver la formulation qui fera la différence !

ai writing

#5 Hemingway App

Jamais 4 sans 5, comme diraient les fans de Peugeot (ou pas). Pour les rédacteurs aussi bien que les écrivains, cette application a le gros avantage d’être très épurée, ce qui facilite grandement la concentration !

Elle se concentre sur la « readability », soit la lisibilité. On y trouve des recommandations pour casser les phrases trop longues, choisir des mots plus appropriés et améliorer son texte.

Contrairement aux autres robots, Hemingway ne rédige pas à votre place – désolé ! L’application vous donne un maximum de recos, des explications, et c’est vous qui devez passer à l’action ensuite ! Bon, cela dit, rien ne vous empêche de faire bosser Mark 😇.

#6 Quillbot

À l’instar d’un bon Content Editor, Quillbot est quant à elle une intelligence artificielle axée sur la réécriture : vous soumettez un texte, un paragraphe ou un article, et elle l’analyse de A à Z. Structure des phrases, choix des mots, grammaire… elle décortique votre production puis cherche à la rendre naturelle.

C’est pratique, notamment pour vous assurer que votre travail se lit comme s’il était écrit par un humain !

AI-WRITING-QUILLBOT

Et le numéro complémentaire : DALL·E

Il paraît qu’une image vaut mille mots, alors il fallait bien qu’on mentionne un outil dédié aux visuels. Et celui qui fait parler de lui, LE générateur d’images incontournable, c’est bel et bien DALL·E.

Vous écrivez ce que vous voulez voir, et il génère des images. Non, non, il ne cherche pas des images. Il les « construit » selon vos mots, selon vos requêtes, que vous pouvez affiner recherche après recherche. Les résultats sont vraiment dingues…

ai writing dalle e

Image générée par DALL·E : « a writer’s cafeteria full of robots eating and writing on old school typewriters with the Invox logo at the back, impressionist style, detailed HD »

🛠 AI copywriting : quelques conseils

Cet article n’a rien d’exhaustif : on a encore une belle liste d’outils à tester, à expérimenter, sachant qu’on pourrait se perdre des heures dans chacun d’eux. Sans oublier qu’ils évoluent à une vitesse folle !

Cependant, on vous conseille tout de même d’y consacrer un peu de temps – et on va continuer de le faire de notre côté pour continuer à apprendre sur ces nouvelles technologies.

  • Testez, testez, et testez : vous aurez l’impression d’y laisser un peu de temps au démarrage, mais à force, vous verrez que vous pouvez y trouver votre compte et, in fine, y gagner du temps (et des idées). Et puis, c’est marrant.
  • Ne vous limitez pas à un outil : essayez-en plusieurs, car tous ne conviennent pas à tout le monde. Par contre, vu la diversité de l’offre sur le marché, il y en a forcément un qui peut vous aider.
  • Corrigez et éditez : ne croyez pas que le robot va tout faire à votre place. Il est simplement là pour vous donner un coup de pouce, un premier jet, une ébauche (parfois déjà très quali), que vous devez relire, améliorer, optimiser.
  • Apprenez à formuler vos demandes : il faut trouver les bons mots-clés, les bonnes formulations pour que l’IA réponde à vos attentes. Ça ne se fait pas en un claquement de doigts. C’est aussi pour ça que l’on vous conseille de tester et de retester !

Le plus important dans l’AI Writing, finalement, ce n’est pas tant l’outil. C’est d’abord le brief, ou plutôt le « prompt », comme disent les utilisateurs de l’IA. Si le contenu est mauvais ou ne correspond pas à ce qu’on veut, c’est qu’on l’a mal demandé. Tout le talent réside donc dans la personne qui demande !