LinkedIn, les sondages & l’engagement

Denis
31 août 2020
3 min

De plus en plus de sondages envahissent les fils d’actualité des utilisateurs LinkedIn. Des mécaniques appréciées (plusieurs milliers de likes et de réponses parfois)… mais souvent aussi rejetées par les utilisateurs tant ils peuvent agacer par leur aspect Putaclic ou Putalike (pardon my French). Entre engagement forcé et retours intéressants de la communauté sondée, faisons le point sur ce format qui inonde le réseau social.

Les sondages LinkedIn : à l’origine, une vraie fonctionnalité

Avant de parler des sondages les plus clivants, parlons déjà de la fonction sondage. Que ce soit pour les profils personnels ou les pages entreprises, le réseau social propose une publication de type « sondage ». Ce format interactif se présente comme une question à choix multiples et remplace l’aperçu du lien ou l’image qui accompagne votre publication.

sondage linkedin

Ces formats de publications sont reconnus par l’algorithme qui leur offre un traitement dédié, selon la visibilité et les interactions suscitées.

Ainsi, votre sondage sera plus ou moins visible selon l’intérêt des utilisateurs. C’est ainsi un format natif, sans tromperie de l’algorithme, ni engagement factice ou forcé.

Si LinkedIn propose ce format, c’est qu’il a compris l’importance pour tous (personnes et entreprises) de connaître et de mieux comprendre sa communauté. Dans ces cas-là, la mécanique peut être intéressante et efficace. Cependant, le format natif n’étant pas toujours connu ou maîtrisé, certains ont eu le réflexe de créer un nouveau type de publications, plus conviviales et visuelles : les sondages à réaction.

Le grand détournement : les sondages à réactions

Ici, on ne parle pas d’avions, bien que l’on aimerait voir s’envoler loin ceux qui utilisent ces mécaniques. Nous parlons du détournement de l’usage des réactions pour créer des sondages et gonfler l’engagement récolté sur ses publications. En effet, l’algorithme LinkedIn, qui gère la visibilité des publications, valorise fortement l’engagement. En obtenir un maximum devient alors un enjeu.

Du « like pour m’aider à décrocher un entretien » aux publications qu’il faut liker et commenter pour obtenir une information ou un contenu, en passant par la rédaction d’accroches longues coupées juste au bon moment, les utilisateurs savent faire preuve de créativité pour relever le défi de la visibilité.

Si vous êtes accro aux réseaux sociaux, vous les avez déjà vu ailleurs : Facebook a déjà connu la mode des « sondages à réactions ». Cependant, le réseau de Mark Zuckerberg a su stopper le développement de ces publications en les pénalisant dans l’algorithme. LinkedIn, de son côté, n’a pas encore réagi pour réguler ces usages. Peut-être par choix.

Un cran plus loin avec les différentes icônes de likes

Un peu d’histoire… En avril 2019, LinkedIn offre une nouvelle fonctionnalité à ses utilisateurs : fini le simple like, il est complété par des nouvelles manières de réagir aux publications.

emojis likes sondage linkedin
Les réactions LinkedIn

Depuis, certains utilisateurs et entreprises utilisent ces publications pour générer un engagement facile et ainsi booster leur visibilité et les statistiques de leurs pages. Mais peut-on parler d’engagement réel quand il ne s’agit que de cliquer sur une icône pour interagir ?

Si certains de ces posts ont un véritable intérêt en matière d’animation de la communauté, d’autres, en revanche, se montrent bien moins vertueux dans leurs intentions et ont un intérêt très limité pour la communauté. Voyez plutôt…

Pour nous faire une idée plus précise, nous avons – avec le profil de Guilhem – essayé de faire décoller ses statistiques et voici les résultats : 8 159 personnes atteintes, 61 réactions et 29 commentaires. Vous avez peut-être vu passer ces publications dans votre fil d’actu… On peut vous le dire aujourd’hui : c’était juste une expérience !

En comparant ces chiffres avec d’autres publications, on remarque que le format ne se classe pas parmi les meilleurs et que des publications proposant un accès anticipé à un contenu se positionnent largement devant. Le format est donc bien loin de ses promesses d’engagement et de visibilité « magiques » !

Cependant, d’autres exemples nous prouvent aussi le contraire. En effet, certains sondages, aux réponses moins longues et aux sujets moins « de niche » permettent à leurs créateurs de gagner en visibilité et en engagement.

Au delà des sondages : donner la parole à sa communauté

Si les « sondages à réactions » et leur version officielle, les sondages LinkedIn, sont parfois utilisés de manière maladroite, ils répondent néanmoins à une véritable fonction des réseaux sociaux : connaître sa communauté pour mieux lui parler.

En effet, l’animation de réseaux sociaux – qu’ils soient personnels ou non – consiste à créer une communauté et à la fédérer autour de son expertise. Il est donc naturel pour un expert de s’adresser à sa communauté directement, pour comprendre ses besoins et lui apporter la meilleure réponse possible.

À l’aide de questions ouvertes ou fermées, il est souvent utile de s’adresser à sa communauté puis d’en tirer les bons enseignements pour lui proposer les bons contenus. Avant de choisir les thématiques des webinars Invox, nous avons ainsi sollicité notre communauté pour connaître ses envies et ses attentes. Quelques jours après ce sondage, les thématiques étaient décidées !

Quoi qu’on en pense, les publications « à réactions » se répandent sur LinkedIn et favorisent, pour le moment, la course à l’engagement au détriment des contenus de qualité. Mais un jour viendra où le bon contenu sera de retour au cœur de ces publications pour permettre à tous les experts de mettre en avant leur savoir-faire auprès de leur communauté… Et pour cela, vous pouvez compter sur nous !

Pour finir en beauté, ne zappez pas la rediffusion de notre webinar 100 % LinkedIn :

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés