Que vous soyez amateur ou véritable professionnel de la prise de parole sur LinkedIn, cet article est fait pour vous ! Comme sur tous les réseaux sociaux, de nouvelles tendances et pratiques émergent régulièrement. Mais elles ne sont pas toutes bonnes à prendre. Pour notre bien à tous, on vous présente les 5 grosses erreurs LinkedIn qu’on ne veut plus JAMAIS voir.

1- Dites non aux partages !

Le partage de publication apparaît comme une bonne solution pour publier un contenu sans trop se forcer. Sauf que – et vous l’avez sûrement remarqué – cela n’apporte pas beaucoup d’engagement. En effet, l’algorithme LinkedIn ne valorise pas ce genre de publications. Mais si vous y tenez vraiment et que vous souhaitez générer des réactions, voici quelques astuces à avoir en tête :

  • Expliquez à votre audience les raisons pour lesquelles vous partagez cette publication (en 100 à 150 mots si possible).
  • Mentionnez les personnes ou entreprises concernées par votre partage.
  • N’oubliez pas d’ajouter deux ou trois hashtags en lien avec le contenu. Ils offriront à votre publication une meilleure portée !
  • Et parce que c’est toujours plus beau, ajoutez aussi quelques emojis qui illustrent vos propos ✨.

Quoi qu’il en soit, on vous préconise plutôt de commenter directement la publication (ce qui apportera à la fois de la visibilité à cette dernière, ainsi qu’à votre profil) ou d’en faire un post personnel dédié sur le sujet. À vous de voir !

2- Soignez votre texte

N’oubliez pas vos règles de syntaxe

Ce n’est pas parce que LinkedIn est un réseau social qu’il faut oublier les règles de syntaxe et d’orthographe. Que ce soit depuis son téléphone ou son ordinateur, votre audience aime lire un texte structuré !

Et parce qu’on sait que tout le monde n’a pas la chance d’avoir de super Content Editors à qui demander une relecture, voici trois conseils (très précieux) :

  • Rédigez d’abord vos publications sur un brouillon plutôt que sur LinkedIn directement. Google Doc ou même l’application Note vont vous corriger certaines fautes de français. C’est toujours ça de gagné !
  • cmd + F, c’est bien pour la recherche de mots, mais aussi pour repérer les doubles espaces. En utilisant un brouillon (comme suggéré juste avant) vous pourrez facilement l’utiliser, alors que sur LinkedIn c’est un peu plus fastidieux.
  • LanguageTool est un outil qui corrige vos fautes d’orthographe et de syntaxe. Différentes formules sont à votre disposition, car la version gratuite est assez limitée… Mais bon, rien ne remplacera jamais nos chers CoEds ❤️.

Et si, après avoir mis en ligne votre post, une faute vous saute aux yeux, évitez de modifier votre publication : elle risquerait de voir sa performance baisser. Et puis, comme on dit « faute avouée, à moitié pardonnée » !

Restez mesuré dans l’aération du texte

Comme sur toute plateforme sociale, la lisibilité depuis le mobile ou l’ordinateur est bien meilleure lorsque le texte est aéré. Et comme sur LinkedIn la tendance est au long texte, il faut forcément le structurer. Cependant, inutile de sauter une (voire deux) ligne(s) à chaque phrase. Pour certains, le texte paraît plus dynamique ou plus lisible comme ça, mais cela comporte quelques désavantages. Vous pouvez perdre votre lecteur avant même qu’il ait lu la première phrase ou tout simplement perdre le sens de votre texte. Preuve en image :

3- Stop aux contenus illisibles

Selon une étude de l’organisme Médiamétrie, 75,8 % des utilisateurs LinkedIn consultent la plateforme depuis leurs smartphones. Les visuels associés aux posts doivent donc s’adapter à l’utilisation qu’en fait l’audience ! Et certains ne s’y prêtent pas, en particulier les doubles pages de presse ainsi que les communiqués de presse. On vous livre donc quelques conseils pour des visuels « LinkedIn friendly » :

  • La taille de votre texte doit être la plus lisible possible (tout en restant mesurée).
  • Évitez les couleurs de texte et d’aplat trop similaires.
  • Transformez vos articles de presse en carrousel en y renseignant les informations les plus pertinentes. En plus, ce format est top pour engager l’audience !

Tout cela demande une légère fibre créative ainsi que quelques outils. Canva est idéal pour ça ;).

4- Dites au revoir à l’engagement factice (et c’est tant mieux)

Nous vous l’avions annoncé dans notre article de veille du mois de mai : LinkedIn a revu son algorithme et votre fil d’actualité devrait changer. L’engagement factice est justement dans son viseur. Mais qu’est-ce qu’on entend par là ?

Vous savez, ces posts qui intégraient des sondages à l’aide des 5 interactions disponibles, par exemple. Eh bien, tout ça, c’est terminé – et ce n’est pas plus mal ! L’engagement que généraient ces publications faussait l’algorithme et en même temps votre fil d’actualité. LinkedIn dispose maintenant de sa propre fonctionnalité sondage, avec des résultats plus facilement visibles par tous. Grâce aux nouvelles mises à jour de LinkedIn, on devrait donc être épargnés de cet engagement factice !

Erreur LinkedIn #5- Choose your language!

Tout comme l’a fait Instagram, LinkedIn s’est doté d’un traducteur de publications. Bien que ce dernier ne soit pas encore optimal, il n’est pas non plus nécessaire que vous traduisiez vos publications à sa place. En effet, nous observons souvent des publications avec le texte écrit dans deux langues, ou bien deux publications avec le même contenu dans deux langues différentes.

Notre conseil ? Choisissez la vôtre ! Et posez-vous différentes questions : à qui vous adressez-vous ? Quels sujets souhaitez-vous aborder sur LinkedIn ? En bref, quelle est votre ligne éditoriale ? Et surtout, sentez-vous à l’aise avec la langue sélectionnée.

Vous l’aurez compris, prendre la parole sur LinkedIn demande un peu de discipline et de connaissances. N’hésitez pas à vous enrichir de publications qui vous semblent pertinentes autant sur la forme que sur le fond. Et si vous êtes un dirigeant et souhaitez prendre la parole sur LinkedIn, découvrez les 7 étapes de l’Advocacy Dirigeants dans notre playbook.

Télécharger le playbook Advocacy Dirigeants ❯