Slide­share : une forme de content marke­ting qui monte (et qui marche) !

On commence notre tour d’ho­ri­zon des diffé­rents outils de content marke­ting.

Aujourd’­hui, nous allons vous parler de Slide­share. Il s’agit d’un logi­ciel acces­sible par navi­ga­teur qui vous permet de char­ger faci­le­ment sur Inter­net des présen­ta­tions type diapo­rama. Voyons ses fonc­tion­na­li­tés et ses usages.

Qu’est-ce que c’est ?

Slide­share est tout d’abord un service d’hé­ber­ge­ment, à la manière de YouTube, mais pour des supports non-animés. C’est à dire que vous pouvez y stocker des présen­ta­tions ou des fichiers PDF de manière à les rendre acces­sible à vos lecteurs. Par la suite, vous pouvez soit parta­ger le lien de la page sur Slide­share, soit incor­po­rer le docu­ment dans sa « vision­neuse » sur vos propres pages, comme l’exemple ci-dessous.

Slide­share n’est pas qu’un simple outil de vision­nage. Vous pouvez le combi­ner à des fichiers mp3 et auto­ma­ti­ser le défi­le­ment pour faire un vrai webi­nar, c’est à dire une confé­rence pour ensei­gner votre exper­tise à votre public. Vous pouvez égale­ment agré­men­ter vos présen­ta­tions de vidéos YouTube pour les rendre plus vivantes, ou présen­ter un cas client, etc.

Pourquoi l’uti­li­ser ?

Le gros avan­tages des présen­ta­tions est qu’elles sont faciles à lire et à parta­ger. Avec peu de moyens, vous pouvez conce­voir un support visuel attrac­tif et viral, qui trans­met­tra l’es­sen­tiel des idées que vous voulez présen­ter. Slide­share vous four­nit clé en main tout les outils néces­saires pour parta­ger votre produc­tion : envoi sur les réseaux sociaux (Twit­ter, Linke­din, Face­book), partage par lien, par inté­gra­tion, télé­char­ge­ment…

Slide­share met à dispo­si­tion des metrics (compre­nez statis­tiques de vos présen­ta­tions et docu­ments) qui vous aident à esti­mer l’im­pact de vos présen­ta­tions. Vous pouvez direc­te­ment consta­ter le nombre de partage, et suivre l’éten­due de votre influence par ce biais.


Un mode premium est dispo­nible, entre 9 € 50 et 49 € par mois. Il vous permet d’avoir des analyses plus précises de vos présen­ta­tions, d’im­por­ter plus de fichiers et de plus grande taille, et de person­na­li­ser votre page Slide­share. Utile si vous avez beau­coup de fichiers à parta­ger. Avec les versions premium ou pro, vous avez aussi la possi­bi­lité de suppri­mer la publi­cité qui appa­raît sur les pages de votre compte (et que voient donc vos visi­teurs).

Autre chose très inté­res­sante, si vous utili­sez Slide­share à des fins commer­ciales

  • d’une part, vous pouvez « captu­rer des leads«  en program­mant un petit formu­laire qui appa­raî­tra au cours de la présen­ta­tion (vous choi­sis­sez quand), sur le mode « cette présen­ta­tion vous inté­resse ? remplis­sez votre email pour rece­voir plus de news ou être contacté »
  • d’autre part, vous pouvez géné­rer des liens « spéci­fiques » pour chacun de vos docu­ments, les parta­ger, et obte­nir des statis­tiques sur qui a vu quelle partir du docu­ment. Que ce soit pour tracker « fine­ment » une personne en parti­cu­lier, ou pour savoir, en fonc­tion des canaux de diffu­sion que vous avez à votre dispo­si­tion, ce qui marche le mieux…

Slide­share possède un autre avan­tage : sa répu­ta­tion. Il s’agit d’un des 150 sites les plus visi­tés du web, avec près de 60 millions de visi­teurs par mois, en majo­rité des profes­sion­nels. C’est donc un outil connu, qui rassure le lecteur et le met en confiance.

Quelques précau­tions à prendre

Pour utili­ser Slide­share, il convient de prendre quelques précau­tions : premiè­re­ment, utili­sez des phrases concises et beau­coup d’images, les plus expli­cites possibles. N’ou­bliez pas qu’il s’agit d’un support visuel, non d’une démons­tra­tion. Lire une présen­ta­tion en diapo­rama peut faci­le­ment rebu­ter votre lecteur (souve­nez-vous de vos propres réunions). Alors n’en faites pas trop, conten­tez-vous de conte­nus visuels effi­caces et synthé­tiques.

Dans le cas d’ebooks, soignez aussi la mise en page : l’offre tend à être abon­dante, et il est impor­tant de déga­ger une image profes­sion­nelle et carrée. A minima utili­sez des styles sous Word avec une couver­ture « qui fait bouquin » et en évitant les polices un peu vieillottes ou complè­te­ment dépas­sées. Bref, faites preuve d’un mini­mum de goût, sans en faire trop…

De la même manière, il n’est pas néces­saire de propo­ser un nombre trop impor­tant de vignettes. De toute manière, au-delà d’une quaran­taine, il y a de fortes chances pour qu’elles ne soient pas lues. Là encore, conten­tez-vous du néces­saire, soyez synthé­tique.

Si vous choi­sis­sez une option premium ou pro, travaillez un peu la visi­bi­lité de votre profil en rensei­gnant les champs, en mettant un logo, comme l’exemple ci-dessous.

Enfin, n’hé­si­tez pas à « partir à la chasse » aux « follo­wers » – compre­nez abon­nés – de votre profil, qui seront noti­fiés à chaque nouvelle publi­ca­tion. Pour cela, appe­lez votre commu­nauté très clai­re­ment à vous suivre

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés