Marke­ting auto­ma­tion : ce qu’il fallait rete­nir du #MKTGNa­tion de @Mar­keto

Chaque année, Marketo donne rendez-vous à la scène française du marke­ting auto­ma­tion. Histoire de vendre quelques licences de son logi­ciel de marke­ting auto­ma­tion, évidem­ment, mais aussi et surtout (c’est vrai­ment un point à noter) pour parta­ger les bonnes pratiques entre ceux qui sont déjà passés (souvent en essuyant les plâtres) à cette pratique et ceux qui s’in­ter­rogent de l’op­por­tu­nité d’y passer égale­ment.

L’an dernier, Invox était déjà présent au Marke­ting Nation, et clai­re­ment l’évé­ne­ment était mieux cette année : plus de monde, une meilleure matu­rité du marché, des ques­tions de plus en plus perti­nentes de part et d’autre (et y compris dans les couloirs autour d’un café-petit-four)… même si le grand absent de cette grand-messe est quand même toujours le contenu.

Comme à notre habi­tude, voici ce qu’il ne fallait pas manquer de ce Marke­ting Nation 2016, en tweets !

Rendez-vous était donné à plus de 600 personnes ce mercredi 12 octobre. Scène sympa, salle aux couleurs violettes de Marketo, pour ce que l’on appelle « la réunion des marke­teurs de demain » :

Comme l’an passé, c’est Chan­dar Pattabhi­ram qui faisait l’in­tro (en anglais, c’est dommage, même s’il dit apprendre le français appa­rem­ment son prof n’a pas beau­coup bossé sur les 12 derniers mois :)) :

Et une salle pleine (ce qui sera le cas d’ailleurs toute la jour­née) :

La preuve en péri­scope (même si ma caméra donne à penser que je fais un film sous-marin) :

Alors, de quoi a-t-on parlé après le publi-rédac d’usage ?

Le CEO de Wunder­man France a fait une solide keynote sur les grandes trends (data, géoloc,…) et l’im­pact que cela avait sur la créa’ que le marke­teur doit avoir aujourd’­hui pour en tirer profit, pour conti­nuer à racon­ter des histoires enga­geantes, dans un contexte de sur-solli­ci­ta­tion patente :

Un rappel ou deux ne faisant pas de mal – une info­gra­phie pour celles et ceux qui se demandent de quoi l’on parle depuis le début de cet article :

Vous pouvez aussi télé­char­ger ce super livre blanc sur le marke­ting auto­ma­tion :

Une jolie succes­sion de témoi­gnages d’uti­li­sa­teurs Marketo, pour le coup pas du tout dans la publi­cité éhon­tée du produit mais bel et bien dans le partage d’ex­pé­riences, en mode « on a testé des choses et on en parle ». La seule chose peut-être à ranger au rayon « dommage » est qu’il s’agis­sait vrai­ment de grosses entre­prises : Adecco, Lectra, Micro­soft et Pana­so­nic. Prin­ci­pa­le­ment sur du B2B, mais pas que.

Inté­res­sant de voir qu’une info­gra­phie réali­sée par Invox trou­vait sa place dans une des présen­ta­tions ^^ (quel talent !). Ici pour décrire le « sales hub » imaginé chez Adecco pour expliquer, en interne, la vie des leads.

On a même parlé « demand mana­ge­ment » 🙂

Ca peut prendre un peu de temps de se lancer dans le marke­ting auto­ma­tion (nous on vous aide à être en mode agile et avoir, à l’is­sue du test, des « QuickWins » en moins de 6 mois, mais bon, parfois c’est plus long quoi).

.

Seems we have a battle plan here!

Et sa suite :

Côté Pana­so­nic, l’enjeu est de rappro­cher (ou aligner, comme on dit chez les gens bien) marke­ting et ventes :

Même si bon, on n’est pas encore dans un monde parfait 🙂

C’est assez rare pour être noté, mais la partie table ronde a été vrai­ment chouette : pas de grand discours, plein plein plein de ques­tions venues de la salle, avec des réponses courtes et précises. Pour le coup les ques­tions étaient en prime aussi inté­res­santes que les réponses. Et là encore inté­res­sant de noter que la matu­rité globale du marché est en constante amélio­ra­tion (de mémoire l’an passé les ques­tions tour­naient autour de quelques fonc­tion­na­li­tés de base (genre est-ce que ça fait ça ?) et sur le prix de la solu­tion).

Avant le déjeu­ner, on a eu droit à un dernier retour d’ex­pé­rience, avec Sylvain Davril de Sunt­seu (qui est aussi parte­naire Marketo), mais qui a appliqué le marke­ting auto­ma­tion dans sa struc­ture au moment où il n’y avait que 20 sala­riés. Comme quoi c’est aussi une solu­tion pour PME !

Après déjeu­ner (man-ger !!!), back to busi­ness, avec (je la fais courte) :

Evidem­ment diffi­cile de ne pas trai­ter l’épi­neuse ques­tion du lead scoring – ici avec une tenta­tive de modèle « simple » et stan­dard :

Et toujours dans la notion d’ali­gne­ment marke­ting-ventes, les soucis de diffé­rences de KPI entre les deux, qui n’aident pas à la colla­bo­ra­tion :

Pour finir sur le « QUI », l’hu­main, avec la ques­tion de « qui est le chief content offi­cer » ou le « chief marke­ting auto­ma­tion offi­cer »…

Et puis, pêle-mêle, quelques réflexions et phrases qui ont éclairé cette jour­née :

.

De nouvelles tech­nos autour du lead :

Voilà voilà, à l’an­née prochaine #MKTGNa­tion !!

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés