L’in­fluence du mobile sur le content marke­ting

Véri­table outil multi­fonc­tions, le mobile fait partie inté­grante de notre vie quoti­dienne. C’est un fait, 1 Français sur 2 possède un smart­phone et passe plus d’une heure par jour sur ce petit écran (il y a de fortes chances pour que vos pros­pects en fassent partie). Ainsi, le temps passé devant un smart­phone dépasse même celui passé devant la télé­vi­sion. C’est pour cette raison, pour le moins évidente, que le contenu doit pouvoir être consommé de manière rapide et effi­cace.
Si vous n’avez pas pensé mobile en 2014, vous allez devoir le faire en 2015 !

Un contenu adapté à la mobi­lité

Un chan­ge­ment radi­cal s’ob­serve dans les médias : les mobiles sont en train de redé­fi­nir nos modes de lecture. Petit à petit, ils deviennent le support d’in­for­ma­tion par défaut, remplaçant l’or­di­na­teur. Une chose est sûre, la majeure partie des conte­nus web sont lus sur des mobiles. Les lecteurs profitent des trans­ports, de leurs moments de pause, des voyages, pour consul­ter les infor­ma­tions. Réseaux sociaux, blogs, mails…­tout y passe ! Cepen­dant, le contenu sur mobile ne doit pas être consi­déré de la même manière que les autres puisque le mode de consom­ma­tion sera quelque peu diffé­rent.

D’après un pano­rama repré­sen­ta­tif de nos diverses réfé­rences, nous avons pu faire le constat qu’un visi­teur consom­mera en moyenne deux pages d’un site depuis un ordi­na­teur contre 1,3 page depuis un smart­phone. De plus, pour un même article, un visi­teur accor­dera 1min40 de son temps sur un ordi­na­teur contre seule­ment 45 secondes sur un smart­phone. Il faut prendre conscience que le temps de dispo­ni­bi­lité sur mobile est moindre, c’est une consom­ma­tion diffé­rente, plus inter­sti­tielle. Le contenu est consommé lorsque les lecteurs ont quelques instants devant eux, et la plupart du temps en cliquant depuis un lien aperçu sur les réseaux sociaux.

Une ques­tion simple subsiste : comment peut-on adap­ter un contenu ? Tout d’abord en misant sur des articles brefs et courts, puis en appo­sant des call-to-action qui renvoient vers plus de détails. Ainsi, vos visi­teurs mobiles dispo­se­ront d’un résumé de l’in­for­ma­tion et seront libres de cliquer (ou non) pour en apprendre plus. Le Content Marke­ting doit permettre de géné­rer du trafic, et pour rendre cela possible, l’in­for­ma­tion doit être acces­sible partout et sur tout type d’ap­pa­reil ! C’est pour cette raison que certaines infor­ma­tions doivent abso­lu­ment être mises en évidence.

La plupart du temps le lecteur survo­lera l’ar­ticle, et pour rendre votre contenu indis­pen­sable il est impé­ra­tif que l’essen­tiel à rete­nir soit visible rapi­de­ment (mots en gras, police de taille suffi­sam­ment grande, couleurs, etc). Ne négli­gez pas les visuels, ils ont égale­ment une impor­tance parti­cu­lière, peut-être même plus que sur écran d’or­di­na­teur, puisqu’ils véhi­culent les infor­ma­tions beau­coup plus rapi­de­ment que le texte. Des études ont d’ailleurs montré que 90% de l’in­for­ma­tion qui est trans­mise au cerveau est visuelle et est trai­tée 60 000 fois plus rapi­de­ment que l’in­for­ma­tion textuelle”.  Vos news­let­ters font égale­ment partie inté­grante de vos conte­nus web et il serait dommage de les lais­ser de côté. Plus de la moitié des mails sont ouverts sur mobile, ils doivent donc être adap­tés pour ce support, tout comme le site vers lequel les liens sont diri­gés.

Une nouvelle forme de contenu : le Content Snacking

Le Content Snacking est une nouvelle tech­nique de Content Marke­ting qui regroupe les conte­nus qui se consomment rapi­de­ment (notam­ment sur mobile). Ce nouveau mode de consom­ma­tion de l’in­for­ma­tion est prin­ci­pa­le­ment lié à l’évo­lu­tion des compor­te­ments des utili­sa­teurs sur le web. Dans un monde où les gens vivent à cent à l’heure, l’in­for­ma­tion doit pouvoir être consom­mée en un instant. Il faut toujours faire en sorte que les conte­nus soient courts et concis.

On privi­lé­giera alors les news, voire même les quick news (entre 250 et 300 mots), qui atti­re­ront plus faci­le­ment l’atten­tion des lecteurs. Ce n’est pas une raison pour aban­don­ner le bon contenu comme nous l’ai­mons (plus long, plus dense), il faudra juste savoir l’adap­ter. Par exemple en décou­pant l’ar­ticle en dossier, en mini-épisodes et en donnant rendez-vous au lecteur pour connaître la suite. L’objec­tif ? Être impac­tant et aller à l’es­sen­tiel. Les conte­nus doivent avoir la capa­cité de s’ins­crire dans la mobi­lité ! Les prin­ci­paux conte­nus du content snacking ? Vous l’au­rez deviné : la vidéo et l’in­fo­gra­phie.

La première peut aisé­ment se vision­ner depuis un smart­phone car elle a la capa­cité de donner de nombreuses infor­ma­tions en seule­ment quelques minutes. L’info­gra­phie, quant à elle, peut résu­mer une longue étude chif­frée en une simple image. Un format qui permet de rete­nir un maxi­mum d’in­for­ma­tions à la vitesse de l’éclair. Elle convient parfai­te­ment aux smart­phones et peut se parta­ger en quelques clics ! Accor­dez donc une atten­tion parti­cu­lière à la netteté et à la forme de celle-ci. Pensez au bien-être du lecteur, il ne doit pas être dans l’obli­ga­tion de zoomer pour prendre connais­sance de votre contenu (et puis vous risquez de le perdre en route).

Le Content Marke­ting doit faire face à ces chan­ge­ments et s’adap­ter à la mobi­lité de ses lecteurs. Au travail, en dépla­ce­ments, en voyage, à la maison… peu importe le lieu, le smart­phone est la première plate-forme vers laquelle nous nous tour­nons pour consul­ter la moindre infor­ma­tion. Le mobile a désor­mais une réelle influence sur le Content Marke­ting et le fait évoluer, à tel point qu’il faut presque penser “mobile first”. Le smart­phone est devenu un outil de collecte de contenu dont on ne se sépare jamais.

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés