En 2014, pour être réfé­rencé, faites du contenu intel­li­gent !

2013 a été riche en mises à jour pour le moteur de recherche Google qui, rappe­lons-le, concentre plus de 90% de la recherche en France. Aussi, il est impor­tant de voir ce que changent ces mises à jour, pour avoir le site le mieux réfé­rencé. Et depuis ces modi­fi­ca­tions, le contenu intel­li­gent est devenu la meilleure forme de réfé­ren­ce­ment qui soit !

google-panda-penguin

Ces dernières années ont été marquées par trois mises à jour impor­tantes des algo­rithmes de clas­se­ment de Google. Les deux premières concernent Penguin et Panda, qui s’at­taquent à certaines tech­niques de SEO consi­dé­rées comme néfastes. Penguin, lancée fin avril 2012, s’est atta­chée à réduire l’ef­fi­ca­cité des liens impropres, sur-opti­mi­sés, ainsi que les échanges de liens entre sites. Panda allait plus en profon­deur et s’at­taquait au phéno­mène du dupli­cate content, c’est-à-dire du contenu copié depuis un autre site, pour forcer chaque site à produire son propre contenu. On voit déjà que ces premières mises à jour favo­ri­saient les textes de qualité, au détri­ment de la mauvaise rédac­tion dédiée unique­ment aux moteurs de recherche.

Les mots-clés sont de plus en plus dispu­tés entre les diffé­rentes entre­prises, et avec la géné­ra­li­sa­tion de la présence sur le web, il y a de plus en plus de monde sur le ring. Les liens perdent en impor­tance s’ils ne paraissent pas abso­lu­ment natu­rels et cohé­rents avec le reste du texte, pour les robots de Google. Et le contenu de mauvaise qualité, opti­misé unique­ment pour être lu par des machines, est de moins en moins favo­risé. Selon le spécia­liste du SEO Sam McRo­berts, « le SEO aidait (et aide encore) les sites à être mieux clas­sés sans forcé­ment le méri­ter », en offrant une expé­rience pauvre à l’uti­li­sa­teur. C’est cette tendance que Google veut contrer.

Google-Hummingbird

Humming­bird, présenté fin septembre 2013 pour les 15 ans de Google, est bien plus impo­sant. C’est le plus gros chan­ge­ment depuis les trois dernières années. Il s’at­tache au langage utilisé pour rédi­ger le site, afin de le rendre plus humain et plus agréable à lire. Il s’ap­puie pour cela sur une recherche séman­tique, plutôt que de consul­ter simple­ment les mots-clés. Cela permet à Google de répondre à des requêtes formu­lées sous forme de ques­tion, ce qu’il avait encore du mal à faire. La recherche en devient plus intui­tive pour l’uti­li­sa­teur, qui s’adresse désor­mais au moteur de recherche comme à un véri­table inter­lo­cu­teur : Google, grâce à Humming­bird, doit comprendre ce que son utili­sa­teur veut pour mieux y répondre.

Pour les créa­teurs de contenu web, c’est une véri­table tran­si­tion qui renforce large­ment le Content Marke­ting. En effet, il ne suffit plus d’op­ti­mi­ser ses mots-clés pour être bien réfé­rencé, désor­mais. Il faut appor­ter une infor­ma­tion bien écrite, séman­tique­ment et intel­lec­tuel­le­ment correcte. Google s’ef­force de contrer la triche et les résul­tats contre-intui­tifs, pour privi­lé­gier les bonnes réponses à chaque ques­tion. C’est donc une belle oppor­tu­nité pour faire du contenu intel­li­gent, qui seront mieux recon­nus par les robots du moteur de recherche.

Déci­dé­ment, 2014 s’an­nonce comme l’an­née du Content Marke­ting !

Source de l’image à la une

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés