Comment bien parta­ger sur les réseaux sociaux ? Les ques­tions à se poser !

Les réseaux sociaux ont changé le rapport à l’in­for­ma­tion, que ce soit au niveau de la consom­ma­tion, mais aussi dans l’évo­lu­tion des formats. Aujourd’­hui, on n’hé­site plus à “share”, à parta­ger l’ac­tua­lité, des études, des photos, des vidéos, des musiques, des arti­cles…

L’acte de parta­ger est presque devenu un réflexe. Mais les réseaux sociaux commencent à connaître une forme d’en­gor­ge­ment : il y a de plus en plus d’uti­li­sa­teurs, de marques, de comptes, de pages, de conte­nus, de tweets, de likes et ça ne va proba­ble­ment pas s’ar­rê­ter…

La concur­rence est féroce entre les entre­prises et chacun se bat pour avoir la plus grande  part de voix ! Mais comment faire en sorte que ces plate­formes restent des espaces où les profes­sion­nels peuvent vrai­ment s’in­for­mer, échan­ger, conver­ser et comment main­te­nir la confiance des utili­sa­teurs ? Il faut peut être en reve­nir aux fonda­men­taux : c’est-à-dire les ques­tions à se poser avant de parta­ger sur les réseaux sociaux.

Les ques­tions à vous poser sur vos conte­nus parta­gés : liens, articles, dossiers, images, chiffres, études, info­gra­phies, vidéos…

  • Est-ce que le contenu va inté­res­ser votre cible ? La première et sûre­ment la plus impor­tante des règles du content marke­ting ! Si vous devez en rete­nir une, c’est celle-ci. Vos conte­nus doivent être  inté­res­sants, perti­nents, justes, et appor­ter de la “bonne” infor­ma­tion.
  • Est-ce que le contenu apporte des nouvelles infor­ma­tions ? Un nouvel angle, des nouvelles fonc­tion­na­li­tés, une nouvelle démarche, une nouvelle stra­té­gie, une nouvelle étude de cas… Les basiques sont impor­tants, mais il faut savoir appor­ter de la valeur dans le partage. Les redites, les articles qui répètent sans cesse la même chose sont à éviter.
  • Est-ce que le contenu est actuel ? Non, vous n’avez pas besoin de crier : #OLD ! Mais aujourd’­hui, il y a de moins en moins de véri­tés abso­lues et intem­po­relles dans les théma­tiques BtoB. Il y aura toujours des ever green content (des conte­nus qui sont valables dans la durée), mais vous devez avoir une veille à jour !
  • Est-ce que les sources / chiffres sont fiables ? Est-ce que la source fait auto­rité sur son domaine ? Pas besoin de relayer seule­ment les conte­nus des grands médias, mais dans le cas des blogs, sélec­tion­nez ceux qui ont une vraie ligne édito­riale.
  • Est-ce que le contenu est bien rédigé ? Vous avez tout à gagner à diffu­ser des conte­nus “quali­ta­tifs”, que ce soit des articles ou des visuels.
  • Est-ce que le contenu prend parti ? À vous de déci­der si vous voulez créer un débat (ou pas) et surtout d’as­su­mer ce parti pris !
  • Est-ce que le contenu est adapté à la plate­forme de publi­ca­tion ? Face­book est un bon moyen de déve­lop­per votre marque employeur mais sur votre profil person­nel LinkedIn, évitez de publier vos photos de “team buil­ding” (voire même pour certains des photos de vacances). Chaque réseau à ses codes et il vaut mieux les respec­ter.

Les ques­tions à vous poser sur vos publi­ca­tions social media à propre­ment parler

  • Est-ce que vous citez bien la source ? Des petites mentions sur Twit­ter ou Face­book font toujours plai­sir, ne l’ou­bliez pas ;)
  • Est-ce que votre tweet et/ou votre post donne de l’in­for­ma­tion ? Il faut “presque” que votre publi­ca­tion s’auto-suffise. Certaines personnes consomment le contenu exclu­si­ve­ment grâce aux tweets et aux posts Face­book. Vous devez vous effor­cer d’en­ri­chir au maxi­mum vos publi­ca­tions, dans la limite des 140 carac­tères pour Twit­ter et, bien évidem­ment, un post trop long sur Face­book n’a pas vrai­ment de sens.
  • Est-ce que votre publi­ca­tion va atti­rer les lecteurs ? Et oui, en même temps, vous devez donner envie aux socio­nautes de cliquer et d’al­ler consul­ter la tota­lité de votre contenu ! Il vaut mieux capi­ta­li­ser sur votre own media (votre site, votre blog, vos articles, vos images, etc.) plutôt que de simple­ment enri­chir votre earn media (en résumé vos réseaux sociaux et les conver­sa­tions que vous géné­rez).
  • Est-ce que vous ne spam­mez pas votre commu­nuauté ? C’est l’éter­nel grande ques­tion de la fréquence des publi­ca­tions : combien de tweets, combien de posts Face­book, combien de photos sur Insta­gram ? Il n’y a pas vrai­ment de règles univer­selles. Il faut surtout étudier les habi­tudes de consom­ma­tion des conte­nus de votre audience pour avoir le bon timing. C’est là, toute l’im­por­tance des perso­nas en content marke­ting (article à venir sur ce sujet) !
  • Est-ce que vous êtes géné­reux dans le partage ? Ne soyez pas nombri­liste, il faut être ouvert, échan­ger et relayer. Il faut trou­ver le bon équi­libre entre la cura­tion et les conte­nus proprié­taires.
  • Est-ce que vous utili­sez les bons outils ? Il y a une multi­tude d’ou­tils pour faire de la veille et de la cura­tion, mais est-ce qu’ils sont vrai­ment utiles ? Est-ce qu’ils permettent d’en­ga­ger votre audience ? De même, avez-vous un raccour­cis­seur d’URL pour Twit­ter ? Vous pouvez vous créer un raccour­cis­seur person­na­lisé avec votre nom domaine, ce qui donnera encore plus de confiance aux socio­nautes et surtout, c’est un élément qui permet­tra de diffé­ren­cier vos liens !

Globa­le­ment, c’est en étant géné­reux que la qualité sera au rendez vous. En effet, il ne faut pas hési­ter à remer­cier, retwee­ter, commen­ter les conte­nus qui sont bons. Méca­nique­ment, vous donne­rez plus de visi­bi­lité aux meilleurs conte­nus et les conte­nus moins bons dispa­raî­tront petit à petit (notam­ment grâce à l’al­go­rithme Face­book qui donnera du poids aux publi­ca­tions qui plaisent et grâce au pouvoir de vira­lité de Twit­ter). Sur le sujet, je vous conseille le billet de blog de Nico­las Bordas, “Et si on likait et retwee­tait plus géne­reu­se­ment”. Et bien sûr, faites parti­ci­pez vos équipes au jeu des réseaux sociaux avec des stra­té­gies d’advo­cacy et un peu de social selling.

Alors, êtes-vous prêt à mieux parta­ger ?

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés