7 règles à suivre pour bien écrire sur le web en 2015

En 1 890 098 mots et 1 336 articles publiés en 2014, nous avons eu le temps, chez Invox, de nous frot­ter aux diffé­rents contours de l’écri­ture en ligne ! Au détour de nos péré­gri­na­tions jonchées d’obs­tacles, de réus­sites, mais surtout de beau­coup d’ap­pren­tis­sages (car c’est aussi ça qui nous anime au quoti­dien : tester des choses et en apprendre toujours plus sur notre métier), nous en avons tiré plusieurs ensei­gne­ments. Nous vous les parta­geons ici, à travers ces 7 règles d’or !

Règle n°1 : Écrire pour les pares­seux

Vous connais­sez le lecteur-zappeur ? Eh bien en 2015, il fait toujours fureur. Il survole plus qu’il ne lit et a une forte tendance à scrol­ler les pages de contenu. Le meilleur moyen de capter son atten­tion reste alors de lui faci­li­ter la lecture de votre texte, en s’adap­tant autant que faire se peut à ses habi­tudes de lecture. En pratique, privi­lé­giez les phrases courtes. Evitez autant que possible les mots « acces­soires », comme les adverbes, qui alour­dissent et rallongent la lecture plus qu’ils ne donnent de valeur ajou­tée… Les para­graphes aussi doivent être concis et la formule un para­graphe = une idée respec­tée à la lettre. Pour encore plus de dyna­misme, on privi­lé­giera les tour­nures actives. Et histoire de ne pas trop titiller les neurones du lecteur, on évitera le jargon ; utili­sez un voca­bu­laire simple et acces­sible. :).

  • Astuce : lorsque vous publiez un article long, au début de l’ar­ticle, n’hé­si­tez pas à propo­ser à vos lecteurs de « lire la version courte » de celui-ci. Cette petite atten­tion ravira les plus pres­sés, qui vous seront recon­nais­sants ! Certains médias, comme le Time maga­zine, ont adopté cette pratique. 

Règle n°2 : Écrire en mode visuel

On vous en parlait récem­ment sur le blog : les visuels ont un impact consi­dé­rable sur vos posts. On vous encou­ra­geait notam­ment à rempla­cer vos conte­nus textuels par des info­gra­phies, lorsqu’ils s’y prêtaient bien. Ce que l’on ne vous a pas encore dit en revanche, c’est qu’il y a mille et une façons de renfor­cer l’im­pact visuel d’un texte ! Alors outre l’usage de visuels type vidéos et info­gra­phies, utili­sez les diffé­rentes possi­bi­li­tés de mise en forme qui s’offrent à vous. Vous pouvez par exemple :

jouer sur la taille de vos titres ;

mettre en valeur les cita­tions en les isolant du reste de l’ar­ticle ;

mettre quelques mots clés en gras, VOIRE EN CAPITALES, ou encore

  1. utili­ser
  2. des
  3. listes
  4. à
  5. puces.

Atten­tion toute­fois à ne pas en faire trop ! L’idée est de rendre votre texte visuel­le­ment attrac­tif afin de le rendre plus agréable à lire pour vos lecteurs. Alors rédui­sez le bruit et n’hé­si­tez pas à inclure des espaces blancs pour mettre en valeur votre contenu ; la tendance est au design épuré, parait-il !

Règle n°3 : Écrire ‘Mobile Friend­ly’

1 Français sur 2 possède un smart­phone et passe plus d’une heure par jour dessus. Par ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir que depuis le mois dernier, Google péna­lise les sites web au contenu qui ne serait pas mobile-friendly. En 2015, il est donc indis­pen­sable que vos conte­nus soient opti­mi­sés pour les versions mobiles. Articles courts, content snacking, mais aussi multi­mé­dia (notam­ment vidéo) : vous devez placer le mobile au coeur de votre stra­té­gie de contenu.

  • Astuce : Pour opti­mi­ser la lecture de vos conte­nus sur mobile, le F-Shaped Pattern théo­risé par Jakob Niel­sen est plus que de rigueur. Pensez au fait que votre lecteur lit en diago­nale, en « F » plus préci­sé­ment, pour amélio­rer l’agen­ce­ment de votre texte (titre accro­cheur avec les mots les plus impor­tants au début et struc­ture en pyra­mide inver­sée notam­ment). 

F-shapped-pattern

Règle n°4 : Ecrire à une cible précise

Écrire, c’est bien ; écrire en sachant que l’on va être lu, c’est quand même mieux, non ? Ça paraît bête dit comme ça, mais n’ou­bliez jamais que vous vous adres­sez à une cible défi­nie. Et faites-le lui savoir ! En pratique, évitez au maxi­mum les tour­nures imper­son­nelles, tout comme les géné­ra­li­tés. Faites des adresses directes pour enga­ger votre audience et utili­sez un langage vivant. Pensez aux « call-to-action ». Enfin, nous ne saurons que vous conseiller d’évi­ter de ne concen­trer l’at­ten­tion que sur vous / votre entre­prise / votre marque (ce temps est bel et bien RÉVOLU), et de propo­ser à votre lecto­rat un contenu perti­nent, inté­res­sant, à forte valeur ajou­tée et utile pour LUI. Suivez mon regard.

Règle n°5 : Donner de la substance à son écri­ture

L’un des meilleurs moyens d’en­ga­ger votre lecteur est de faire en sorte qu’il s’iden­ti­fie à vos conte­nus. Pour cela, il a besoin de concret. Alors donnez-lui en ! Exemples pour illus­trer vos propos, réfé­rences, cas pratiques… Propo­sez-lui égale­ment un contenu à forte valeur émotion­nelle. Le contenu multi­me­dia (encore lui !) est en cela idéal : quoi de plus effi­cace, pour susci­ter des partages sur les réseaux et enga­ger une audience, que de surprendre votre lecto­rat avec une info­gra­phie bour­rée d’hu­mour ou une vidéo touchante jusqu’aux larmes ? Nous trai­te­rons d’ailleurs l’im­pact des émotions sur vos conte­nus dans un très prochain article !

Règle n° 6 : Écrire (aussi) pour le SEO (mais pas que)

L’écri­ture sur le web est indis­so­ciable du réfé­ren­ce­ment natu­rel. Heureu­se­ment pour nous, Google favo­rise de plus en plus les conte­nus origi­naux et perti­nents. 🙂 Gardez néan­moins à l’es­prit qu’il vous sera indis­pen­sable de boos­ter votre SEO (et donc d’écrire pour les moteurs de recherche), notam­ment à l’aide de quelques bonnes pratiques : choix des mots clés, méta descrip­tions, opti­mi­sa­tion des url, liens, images… Nous vous détaillons tout ça dans un article dédié au réfé­ren­ce­ment natu­rel.

Règle n°7 : Proo­frea­der et tester. Tout.

Cette dernière étape avant la publi­ca­tion d’un texte sur le web est cruciale ! Chez Invox, nous en avons d’ailleurs fait un véri­table métier ;). Prenez l’ha­bi­tude de tout relire. Pour éviter les répé­ti­tions et redon­dances, pour chas­ser les mots super­flus, pour bannir bien évidem­ment les typo et les fautes qui se seraient glis­sées sans préve­nir… Autre chose impor­tante :  les tests. Cliquez sur tous vos liens, véri­fiez que tout fonc­tionne à merveille. Rédac­tion d’une news­let­ter ? Testez votre objet pour véri­fier qu’il n’est pas trop long. Cela est aussi valable pour les titres d’ar­ticles. C’est une étape d’au­tant plus impor­tante qu’elle parti­cipe direc­te­ment à l’as­ser­tion de votre sérieux et de votre crédi­bi­lité.

Bien sûr, ces « 7 règles d’or pour écrire sur le web » sont à inter­ca­ler avec les basiques de l’écri­ture en ligne que, en lecteur assidu du blog, vous connais­sez sans doute :D ! Si toute­fois il vous restait quelques doutes, nous vous invi­tons forte­ment à télé­char­ger gratui­te­ment notre ebook sobre­ment inti­tulé Écrire pour le web. 

Télé­char­gez l’ebook !

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés