10 raisons de mettre en place sa news­let­ter B2B

Avec près de 900 milliards de mails marke­ting et news­let­ters envoyés chaque année (et on ne parle là que de ce qui n’est PAS du spam), on pour­rait penser qu’il n’y a plus beau­coup de choses à faire ou à inven­ter de ce côté-ci du content marke­ting. Hé bien ! On se trompe beau­coup.
La news­let­ter B2B est l’une de ces choses !

Pour un certain nombre de nos clients nous avons mis en place des news­let­ters B2B « édito­ria­li­sées » (compre­nez « qui ne sont pas juste un recueil des articles d’un blog » – mais bel et bien avec de la créa­tion de conte­nus spéci­fiques) – et cela marche bien !

Nous vous livrons ci-dessous 10 des (bonnes) raisons de mettre en place sans plus tarder votre news­let­ter B2B – fruit de nos expé­riences !

10 raisons de mettre en place sa news­let­ter B2B

  • Récu­pé­rer des emails de pros­pects (et le droit de les utili­ser !).
    Voilà l’un des avan­tages majeurs de la news­let­ter B2B : vous allez gagner le droit de parler direc­te­ment, dans leur boite email, à vos pros­pects (si votre contenu est bien ciblé…). Et cela, c’est très clai­re­ment le début de l’inbound marke­ting, le fait de faire se tour­ner spon­ta­né­ment vers vous des personnes qui un jour, peut-être, seront vos clients !
  • Prendre la parole d’une autre manière.
    Avoir une plus grande conni­vence avec le lecteur, voilà l’un des avan­tages d’une news­let­ter B2B : votre message est destiné « en perso », dans la boite email de celui qui va le rece­voir. Il est donc possible d’adop­ter un ton un peu plus person­nel, de donner un senti­ment qu’il va se dire là des choses un peu plus confi­den­tielles. Dans un monde où la masse des conte­nus et des messages ne fait qu’ex­plo­ser, travailler autour de ce ton et de ce rapport un peu privi­lé­gié est certai­ne­ment une bonne chose sur le long terme !
  • Des chiffres, des chiffres, des chiffres.
    Et rapi­de­ment, en plus ! Tout « marke­teux » est à l’af­fût des sacro-saints chiffres (notam­ment de ROI) et la news­let­ter est proba­ble­ment l’une des actions de content marke­ting qui en apporte le plus faci­le­ment : combien ai-je d’ins­crits ? Combien d’entre eux ouvrent mes messages ? Cliquent-ils ? Font-ils des actions sur les pages vers lesquelles les liens pointent ?
    Et cela a un côté très « entraî­nant » pour toutes les équipes en charge de la news­let­ter B2B, pour pous­ser à déve­lop­per l’au­di­to­rat… et à s’amé­lio­rer news­let­ter après news­let­ter à coup de A/B tests par exemple.
  • Faire gagner du temps à celui qui la reçoit et être remer­cié en retour.
    Soyons francs : votre news­let­ter ne sera pas lue si elle n’ap­porte pas quelque chose à son lecteur. Et il existe en réalité 3 choses qu’un email puisse appor­ter comme béné­fice : du temps, de l’argent, ou de l’info. Dans votre stra­té­gie, la partie Promo / coupon / réduc­tion ne doit être ni la seule, ni la domi­nante. A vous donc de trou­ver la bonne approche entre le fait de procu­rer un gain de temps (en lisant la news­let­ter, je gagne du temps à ne pas faire ma veille ou cher­cher des infos dans Google) ou un gain d’in­for­ma­tions (je n’au­rais pas eu telle ou telle info sans être inscrit à la news­let­ter). Clai­re­ment, pour nous, le gain de temps est à prio­ri­ser.
  • Une bonne façon d’uti­li­ser votre veille.
    Il y a de grandes chances pour que vous fassiez déjà énor­mé­ment de veille sur votre secteur d’ac­ti­vité. Mettez-la à profit en la réuti­li­sant (en partie) dans votre news­let­ter. Vous ferez gagner du temps à votre lecteur (voir point précé­dent) et vous vous posi­tion­ne­rez en leader d’opi­nion sur votre sujet bien précis. Pour très peu de travail en plus !
  • Deve­nir une réfé­rence dans son secteur.
    Donner l’ha­bi­tude à vos lecteurs d’ou­vrir votre news­let­ter, en créant un senti­ment d’at­tente (un peu comme lorsque l’on attend la livrai­son de son maga­zine fétiche), c’est déjà prendre la place du réfé­rent secto­riel auprès de votre audience de prédi­lec­tion.
  • Mettre en place une autre forme de vira­lité ?
    Tous les regards sont portés aujourd’­hui vers les réseaux sociaux pour susci­ter une forte vira­lité. Il ne faut pas oublier que sur Inter­net, la première source de vira­lité a été l’email… et que c’est encore très nette­ment le cas, notam­ment en B2B. Comp­tez donc sur le fait qu’un déci­deur qui lit quelque chose d’in­té­res­sant ou de perti­nent pour lui trans­met­tra la news­let­ter à ses colla­bo­ra­teurs ou ses parte­naires ! Et ce encore plus lorsque vous parle­rez de lui ou de ses concur­rents !
  • Avoir un impact fort « vers la vraie vie ».
    Imagi­nons que vous ayez à orga­ni­ser des événe­ments « physiques »… cela est très courant dans les busi­ness B2B, où confé­rences, ateliers, apéri­tifs, barcamps, petits-déjeu­ners… sont nombreux. Votre news­let­ter B2B est un excellent moyen d’en assu­rer la promo­tion a priori, et le compte-rendu a poste­riori pour en maxi­mi­ser l’im­pact, même auprès de ceux qui n’ont pu y assis­ter. Idéal donc dans une approche « rendez-vous » !
  • Créer une « monnaie d’échange » avec parte­naires et clients.
    D’après notre expé­rience, la mise en place d’une news­let­ter attire à terme pas mal de regards et d’ap­pé­tits : vos parte­naires peuvent trou­ver un inté­rêt à faire passer des news dans votre news­let­ter, ou vous propo­ser d’échan­ger des fichiers d’en­vois. Dans tous les cas, vos leviers de négo­cia­tion sont renfor­cés… Et donc vos objec­tifs busi­ness et/ou marke­ting remplis plus faci­le­ment !
  • Faci­li­ter la produc­tion de conte­nus en interne.
    Last but not least, la gestion interne d’une news­let­ter peut être plus simple que celle d’un maga­zine : moins de fréquence de conte­nus, conte­nus moins éten­dus, date limite d’en­voi… Il est plus aisé de se mobi­li­ser tous les mois ou tous les 15 jours pour assu­rer le « bouclage » de la news­let­ter que de gérer, jour après jour, un plan­ning édito­rial. Et tout le monde peut parti­ci­per à remplir le « pipe » de lecteurs et en récol­ter les fruits !

Nous espé­rons vous avoir convain­cus 🙂 Dans un prochain article, nous revien­drons avec vous sur quelques astuces à mettre en oeuvre au moment de lancer votre propre news­let­ter. Stay tuned!

Et vous, vous avez une news­let­ter ?

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés