10 façons de créer un contenu ennuyeux pour votre audience !

Quoi de mieux que de propo­ser à vos lecteurs quelque chose d’en­nuyeux, qui finira par les lasser à coup sûr ? Véri­table somni­fère 2.0, votre contenu peut et se doit d’en­dor­mir n’im­porte quelle personne en un rien de temps, voire de ne jamais être lu par celle-ci. Alors que certains se targuent d’avoir des lecteurs assi­dus, il s’agit ici de vous apprendre tout l’in­verse et de vous aider à deve­nir un top influen­ceur en matière de sieste impromp­tue. Suivez le guide !

1/ Créer un contenu iden­tique à ce que l’on peut trou­ver partout ailleurs

Dupliquer du contenu : ici est la base de tout article. Tout a déjà été écrit ou dit sur les inter­nets, alors à quoi bon se creu­ser la cervelle pour trou­ver un nouvel angle ? La réus­site réside dans l’art du CTRL A – copier/coller. Il faut dire que les moteurs de recherche (en d’autres termes Google…), en matière de réfé­ren­ce­ment natu­rel, solli­citent parti­cu­liè­re­ment les pilleurs de la toile et n’hé­sitent pas à valo­ri­ser leurs travaux lorsqu’ils ressemblent à tous les autres. Alors vive le plagiat ! 🙂

content marketing et plagiat

2/ Écrire pour Google et n’uti­li­ser que des mots-clés SEO

Juste­ment, pour reve­nir à ce qu’aime Google, vous le ravi­rez avec du contenu unique­ment basé sur des mots-clés pour amélio­rer votre SEO. Oubliez l’agréable pour vos lecteurs. Vous les perdrez un à un, c’est ce que vous recher­chez, non ? On part donc sur une « sur-opti­mi­sa­tion », quitte à ne faire qu’une liste de mots-clés. Vous aurez au moins réalisé la prouesse d’être le site le moins lu d’in­ter­net. BRAVO !

écrire pour google content marketing

3/ Le titre accro­cheur, cet acces­soire démodé

Tout d’abord, on est ici pour écrire du contenu, un corps de texte, alors oubliez tout de suite cette fichue manie de mettre des titres accro­cheurs qui permettent d’iden­ti­fier rapi­de­ment le sujet et donnent envie de lire. Après tout, un titre ne sert qu’à défi­nir l’in­té­rêt qu’on portera à l’ar­ticle puisque c’est la première chose que l’on voit. D’ailleurs, un homme a dit un jour : « jusqu’à 85 % des futurs visi­teurs de votre site ont pris leur déci­sion de lire vos articles unique­ment sur l’in­ti­tulé de ceux-ci. »

Et les 15 % restant, on en fait quoi ?

Il serait donc judi­cieux d’ou­blier les titres qui, bien tour­nés, pour­raient vous permettre de « casser les inter­nets ». Je ferais en revanche une excep­tion en vous inci­tant à opter pour un titre dit « click­bait », ou « piège à clic ». Du genre « Arrê­tez tout ! Vous n’al­lez pas croire ce que ces stra­té­gies d’inbound marke­ting ont généré, OMG, je n’en dors plus la nuit !!!! » En consi­dé­rant que Face­book et Google détestent retrou­ver ce genre de titres sur leurs plate-formes, on fonce !

prince content marketing

4/ Story­tel­ling et conte de fées

Story what ?

Le Story­tel­ling permet d’en­ga­ger son audience et porte les valeurs et les enga­ge­ments de l’en­tre­prise. On en est là… Lais­sez cette partie aux roman­ciers, vous n’êtes pas ici pour conter votre exper­tise ou l’uni­vers de l’en­tre­pri­se… On reste foca­lisé sur ce que l’on vend ou ce qu’on propose et on s’y tient ! La démarche doit être axée pure­ment produit et service.

story telling content marketing

5/ Faire des phrases à rallonge, ne surtout pas ryth­mer le style

Moro­sité quand tu nous tiens… En tant que prêcheur de l’en­nui éter­nel, gardez bien en tête que des phrases courtes et un contenu au style rythmé sont vos pires démons !

Comment faire ? Misez tout sur les mots dits « acces­soires », comme les adverbes, qui rallongent vos phrases sans fin et ne donnent aucune valeur ajou­tée, ou encore des mots compliqués et lourds de sens pour contour­ner l’es­sen­tiel.

Créez un joli bloc de texte, sans para­graphes ni sous-titres, cela permet­tra aux lecteurs de ne pas pouvoir « scan­ner » votre article. Ils doivent tout lire et méri­ter votre talent !

erreurs content marketing

6/ Ne pas utili­ser de visuels dans vos arti­cles…

Du texte, du texte, du texte pour les beaux yeux de vos lecteurs ! Lais­sez les visuels aux artistes, nous sommes ici pour écrire des billets de blog brut. Alors on bannit : photos / info­gra­phies / vidéos / struc­ture de texte aérée

Un article trop bien illus­tré et agréable à parcou­rir ne peut vous atti­rer que des ennuis, et par ennuis j’en­tends de l’en­ga­ge­ment, de la visi­bi­lité, des partages, des commen­tai­res… Restons loin de tout ça, ne créez aucune surprise, faites en sorte que vos lecteurs ne s’iden­ti­fient pas à votre contenu !

visuels content marketing

7/ Garder vos exemples pour vous

Le lecteur n’en a que faire, à vrai dire, plus vous serez dans la théo­rie, le vague, moins vous aurez de l’at­ten­tion donc plus votre article sera parfait ! À quoi bon ajou­ter des exemples, pour y aller de votre petite anec­dote ? On en revient en quelque sorte au point précé­dent, des exemples ne feront qu’illus­trer vos propos et donne­ront de l’ex­per­tise à ce que vous dites…

call to action content marketing

8/ Eviter les liens internes et autres « call-to-action »

Si vous avez l’idée de propo­ser à vos lecteurs des liens qui renvoient vers d’autre articles de votre blog, appro­fon­dissent votre thème ou donnent un autre point de vue, oubliez-la. Ce conseil est égale­ment valable pour tous les autres appels à l’ac­tion dans vos conte­nus ! Vous perdrez vos lecteurs entre tous ces chan­ge­ments de pages. 

content marketing call to action

9/ Rester cantonné aux médias tradi­tion­nels

Ne vous aven­tu­rez pas sur les réseaux sociaux (Face­book, Twit­ter…) et autres nouveaux supports de diffu­sion, malheu­reux ! Trop tard ? Il est encore temps. Après tout, vous ne trou­ve­rez sur ces plate­formes qu’un grouille­ment commu­nau­taire dévoué à votre cause. Qu’ils vous suivent ou qu’ils vous aiment, fuyez-les et détes­tez-les, ne leur propo­sez rien à se mettre sous la dent pour commen­ter ou parta­ger, ce serait leur porter trop d’in­té­rêt.

Mettre des liens de partage sur votre blog ne ferait qu’ag­gra­ver la situa­tion et vous ne saurez pas comment sortir de ce bour­bier ; les réseaux sociaux sont une véri­table mine à vira­lité, je vous aurai prévenu !

social media content marketing

10/ Ne pas écou­ter votre audience, ces igna­res…

On veut buzzer, pas plaire ! N’écri­vez que ce qui vous plaît et ce qui vous semble perti­nent. N’écou­tez pas les besoins et commen­taires de vos lecteurs ou vous perdrez toute inspi­ra­tion natu­rel­le… Je vous le dis, les yeux dans  les yeux, n’écri­vez que pour votre satis­fac­tion person­nelle !

audience content marketing

Voilà, avec tous ces conseils experts et quali­ta­tifs, vous avez toutes les cartes en mains pour conce­voir le pire contenu de l’his­toire encore jeune d’in­ter­net. Si vous appliquez ces quelques points à la lettre, votre contenu sera détesté, hué, pas seule­ment par les lecteurs mais aussi par les moteurs de recherche eux-mêmes. À vous le pres­tige, la gloire !

Bon sinon, vous l’au­rez compris, il s’agit en fait de faire tout l’in­verse de ce qui vous est indiqué précé­dem­ment ! Ceci étant dit, n’hé­si­tez pas à utili­ser un ton sarcas­tique et du fun, faci­le­ment mémo­ri­sable par votre audience et idéal pour donner un vent de fraî­cheur à votre contenu ! 🙂

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés