La formation Invox au Content Marketing par Email est un programme complet pour vous permettre de comprendre les enjeux des contenus web pour votre entreprise et de pouvoir lancer, sans connaissances techniques ni expérience de rédaction vos premiers contenus (blog, newsletter).

Si vous arrivez sur cette page par hasard, inscrivez-vous à cette formation en 6 semaines, par email sur le Content Marketing !

Etape 5 : La ligne éditoriale – le fil rouge de mes contenus !

Welcome back les ami(e)s !

Un média, et plus globalement une stratégie de contenus, nécessite non seulement de savoir à qui l’on parle (notre « leçon » précédente) mais aussi de savoir ce que l’on va raconter.

C’est là qu’entre en jeu une notion que vous avez déjà sûrement dû déjà entendre : une ligne éditoriale

Entre « garde-fou » et « guidelines » de rédaction

Une ligne éditoriale n’est pas un document très complexe. C’est tout simplement ce qui va donner leur personnalité – et leur homogénéité – aux contenus que vous allez créer. Et s’il y a le mot « ligne » dans le concept, c’est que ce qui est important, afin de ne pas perdre tout le monde en cours de route, c’est de la garder, la ligne (pas celle du régime – évidemment).

C’est, à la longue, ce qui vous évitera de vous égarer à parler de plus en plus de choses différentes, mais à vrai dire un peu sans queue ni tête.

C’est aussi ce qui vous aidera à éluder certains sujets, car pas assez proche de vos sujets de prédilection. Ou à choisir tel ou tel traitement d’une information d’actualité. Ou à prendre une position claire sur un sujet un peu brûlant et contradictoire…

Oui, mais quoi mettre dans une ligne éditoriale ?

Bonne question les ami(e)s. C’est un plaisir de travailler avec vous !
La ligne éditoriale c’est donc votre propre définition de ce qui sera dit (ou pas) dans vos contenus, de la manière dont ce sera dit.
En gros, cela couvre les éléments suivants :

  • Les sujets traités / les sujets volontairement évités
    On parle ici des grandes rubriques de fond, de la thématique. Cela peut être, par exemple, comme pour l’un de nos propres médias chez Invox – TuttiQuanti – quelque chose comme :
    « L’actu des objets connectés, du quantified self et des robots grand public – à l’exclusion de tout ce qui est trop technique / médical. »
  • L’angle emprunté
    Pour un même sujet, il existe des milliers (quoi, c’est vrai !) de façons d’en parler. Il faut donc définir, en plus des sujets, quel sera votre point de vue. C’est là que votre ligne éditoriale prend toute sa saveur : parler des bananes (par exemple), tout le monde peut le faire. Parler « amoureusement » des bananes avec un regard « gourmand », c’est déjà beaucoup plus rare.
    Pensez aussi au traitement de la vie politique : Le Canard enchaîné et le journal de 13h de TF1 traitent les mêmes infos. Avec un angle éditorial bien différent… Toujours dans notre exemple, voici notre angle :
    « Être dans l’explication simple de ce que sont ces objets, les mettre dans des situations ‘de la vie de tous les jours’, se placer du point de vue de l’utilisateur, mais avec notre conseil expert et des recommandations. Avec la volonté de couvrir le secteur de manière exhaustive. »
  • Qui parle ?
    Vous allez prendre la parole – il faut donc une voix, une signature. S’il s’agit de monter votre blog perso, c’est vite réglé : c’est vous-même. Par contre, s’il s’agit d’un blog d’entreprise, il est possible que vous soyez plusieurs à devoir vous exprimer.
    Est-ce que tous les contenus sont « impersonnels », c’est-à-dire signés, par exemple, par « La Rédaction » ? Ou est-ce que chacun va signer de son prénom ? de son nom complet ? Avec plus ou moins d’explication sur le rôle / la fonction de chacun ? ». Y aura-t-il un spécialiste par rubrique ? Un signataire de l’édito, mis un peu plus en avant ? Est-ce que tout le monde va rédiger des contenus pour que le patron les signe au final ? Ferez-vous appel à des contributeurs externes ? Des contenus pourraient-ils être signés par des personnes extérieures ? Des experts du secteur ?
    Pour TuttiQuanti.co :
    « Chaque contributeur signera de son propre nom. Il y aura des blogueurs invités. Tout le monde n’est pas obligé de contribuer autant en termes de volume. On poussera à ce que chaque auteur se spécialise sur un sujet en particulier, par exemple ‘les applis de tracking de sport’. »
  • Le ton employé
    C’est la dernière composante de la ligne éditoriale. Il s’agit ici de définir comment les mots (ou les images) vont devoir définir votre ton. Cela concerne aussi le fait d’interpeller ou non le lecteur, d’être plus ou moins proche de lui. C’est peut-être la partie la plus compliquée à définir a priori, puisque c’est quelque chose qui ne nous est pas demandé fréquemment. On peut par exemple être neutre, distant, convivial, satyrique, cynique, politiquement correct, avoir un niveau de langage soutenu ou au contraire à la limite du grossier (ou du trivial) …
    Si vous ne voyez vraiment pas, ne paniquez pas, ça viendra lorsque vous écrirez votre propres lignes : si l’on peut le contrôler et se « forcer » à rentrer dans les bonnes cases éditoriales, je pense que l’on a tous un style plus ou moins naturel. Par exemple, celui qui écrit ces lignes a tendance à faire quelques blagues, des phrases trop longues, et à chercher à faire des analogies concrètes pour mieux faire passer ce qu’il essaie d’expliquer. Pour TuttiQuanti, enfin, cela donnerait :
    « Rester simple, pas jargonneux, sympa : le ton doit être celui qu’on emploierait pour expliquer le fonctionnement d’une application à un ami, au cours d’un apéritif. Style plutôt vivant, phrases courtes. »

Un document à partager

Votre ligne éditoriale doit être partagée avec tous ceux qui peuvent être amenés à écrire chez vous. Et si vous jouez le rôle de rédac’ chef, c’est à vous de constamment revenir dessus, la relire, la faire appliquer, et de faire un peu la police lorsque quelque chose en sort, de la ligne éditoriale. Les contributeurs / auteurs n’en seront que plus efficaces et pertinents !

A vous de jouer !

Longue prose de notre part aujourd’hui. Mais la ligne éditoriale est vraiment, vraiment quelque chose d’important pour la suite de vos aventures en Content Marketing. Et ce n’est pas fini, il faut travailler un peu maintenant !

 

Exercices du jour — Quelle est ma ligne éditoriale ?
Durée moyenne : environ 45 minutes

C’est assez simple dans les consignes…

❏ Reprenez les 4 grands points que nous avons vus ci-dessus et essayez d’y apporter des éléments de réponse :

  • Quels sont les thèmes sur lesquels vous souhaitez vous exprimer ? Ceux qui sont exclus ?
  • Avec quel angle allez-vous les traiter ?
  • Qui parlera ?
  • Quel sera votre ton ?

❏ Envoyez votre travail à vos quelques « amis donneurs de feedback » en leur demandant leur retour (mail-type ci-dessous)

❏ Partagez votre ligne éditoriale finalisée aux autres rédacteurs / créateurs de contenus

 

 

Allez, au travail !

Exemple de mail à envoyer à vos amis-cobayes :

« Hello !
J’avance dans ma réflexion, et j’ai travaillé aujourd’hui sur ma ligne éditoriale.
Cela consiste à dire ce sur quoi l’on écrit, et comment l’on traite l’information. Voici ce que ça donne dans mon cas :

… placer ici votre prose …

Merci de me dire :
– si tu trouves cela clair
– si cela fait sens pour créer des contenus
– s’il y a des éléments encore obscurs à tes yeux, ou incohérents
– quelles questions cela te suscite

Merci ! »