Forma­tion Invox #05

#05 - Définir ma ligne éditoriale...

La formation Invox au Content Marketing par Email est un programme complet pour vous permettre de comprendre les enjeux des contenus web pour votre entreprise et de pouvoir lancer, sans connaissances techniques ni expérience de rédaction vos premiers contenus (blog, newsletter). Si vous arrivez sur cette page par hasard, inscrivez-vous à cette formation en 6 semaines, par email sur le Content Marketing !

Etape 5 : La ligne édito­riale – le fil rouge de mes conte­nus !

Welcome back les ami(e)s !

Un média, et plus globa­le­ment une stra­té­gie de conte­nus, néces­site non seule­ment de savoir à qui l’on parle (notre « leçon » précé­dente) mais aussi de savoir ce que l’on va racon­ter.

C’est là qu’entre en jeu une notion que vous avez déjà sûre­ment dû déjà entendre : une ligne édito­riale

Entre « garde-fou » et « guide­lines » de rédac­tion

Une ligne édito­riale n’est pas un docu­ment très complexe. C’est tout simple­ment ce qui va donner leur person­na­lité – et leur homo­gé­néité – aux conte­nus que vous allez créer. Et s’il y a le mot « ligne » dans le concept, c’est que ce qui est impor­tant, afin de ne pas perdre tout le monde en cours de route, c’est de la garder, la ligne (pas celle du régime – évidem­ment).

C’est, à la longue, ce qui vous évitera de vous égarer à parler de plus en plus de choses diffé­rentes, mais à vrai dire un peu sans queue ni tête.

C’est aussi ce qui vous aidera à éluder certains sujets, car pas assez proche de vos sujets de prédi­lec­tion. Ou à choi­sir tel ou tel trai­te­ment d’une infor­ma­tion d’ac­tua­lité. Ou à prendre une posi­tion claire sur un sujet un peu brûlant et contra­dic­toi­re…

Oui, mais quoi mettre dans une ligne édito­riale ?

Bonne ques­tion les ami(e)s. C’est un plai­sir de travailler avec vous !
La ligne édito­riale c’est donc votre propre défi­ni­tion de ce qui sera dit (ou pas) dans vos conte­nus, de la manière dont ce sera dit.
En gros, cela couvre les éléments suivants :

  • Les sujets trai­tés / les sujets volon­tai­re­ment évités
    On parle ici des grandes rubriques de fond, de la théma­tique. Cela peut être, par exemple, comme pour l’un de nos propres médias chez Invox – TuttiQuanti – quelque chose comme :
    « L’actu des objets connec­tés, du quan­ti­fied self et des robots grand public – à l’ex­clu­sion de tout ce qui est trop tech­nique / médi­cal. »
  • L’angle emprunté
    Pour un même sujet, il existe des milliers (quoi, c’est vrai !) de façons d’en parler. Il faut donc défi­nir, en plus des sujets, quel sera votre point de vue. C’est là que votre ligne édito­riale prend toute sa saveur : parler des bananes (par exemple), tout le monde peut le faire. Parler « amou­reu­se­ment » des bananes avec un regard « gour­mand », c’est déjà beau­coup plus rare.
    Pensez aussi au trai­te­ment de la vie poli­tique : Le Canard enchaîné et le jour­nal de 13h de TF1 traitent les mêmes infos. Avec un angle édito­rial bien diffé­rent… Toujours dans notre exemple, voici notre angle :
    « Être dans l’ex­pli­ca­tion simple de ce que sont ces objets, les mettre dans des situa­tions ‘de la vie de tous les jours’, se placer du point de vue de l’uti­li­sa­teur, mais avec notre conseil expert et des recom­man­da­tions. Avec la volonté de couvrir le secteur de manière exhaus­tive. »
  • Qui parle ?
    Vous allez prendre la parole – il faut donc une voix, une signa­ture. S’il s’agit de monter votre blog perso, c’est vite réglé : c’est vous-même. Par contre, s’il s’agit d’un blog d’en­tre­prise, il est possible que vous soyez plusieurs à devoir vous expri­mer.
    Est-ce que tous les conte­nus sont « imper­son­nels », c’est-à-dire signés, par exemple, par « La Rédac­tion » ? Ou est-ce que chacun va signer de son prénom ? de son nom complet ? Avec plus ou moins d’ex­pli­ca­tion sur le rôle / la fonc­tion de chacun ? ». Y aura-t-il un spécia­liste par rubrique ? Un signa­taire de l’édito, mis un peu plus en avant ? Est-ce que tout le monde va rédi­ger des conte­nus pour que le patron les signe au final ? Ferez-vous appel à des contri­bu­teurs externes ? Des conte­nus pour­raient-ils être signés par des personnes exté­rieures ? Des experts du secteur ?
    Pour TuttiQuanti.co :
    « Chaque contri­bu­teur signera de son propre nom. Il y aura des blogueurs invi­tés. Tout le monde n’est pas obligé de contri­buer autant en termes de volume. On pous­sera à ce que chaque auteur se spécia­lise sur un sujet en parti­cu­lier, par exemple ‘les applis de tracking de sport’. »
  • Le ton employé
    C’est la dernière compo­sante de la ligne édito­riale. Il s’agit ici de défi­nir comment les mots (ou les images) vont devoir défi­nir votre ton. Cela concerne aussi le fait d’in­ter­pel­ler ou non le lecteur, d’être plus ou moins proche de lui. C’est peut-être la partie la plus compliquée à défi­nir a priori, puisque c’est quelque chose qui ne nous est pas demandé fréquem­ment. On peut par exemple être neutre, distant, convi­vial, saty­rique, cynique, poli­tique­ment correct, avoir un niveau de langage soutenu ou au contraire à la limite du gros­sier (ou du trivial) …
    Si vous ne voyez vrai­ment pas, ne paniquez pas, ça vien­dra lorsque vous écri­rez votre propres lignes : si l’on peut le contrô­ler et se « forcer » à rentrer dans les bonnes cases édito­riales, je pense que l’on a tous un style plus ou moins natu­rel. Par exemple, celui qui écrit ces lignes a tendance à faire quelques blagues, des phrases trop longues, et à cher­cher à faire des analo­gies concrètes pour mieux faire passer ce qu’il essaie d’ex­pliquer. Pour TuttiQuanti, enfin, cela donne­rait :
    « Rester simple, pas jargon­neux, sympa : le ton doit être celui qu’on emploie­rait pour expliquer le fonc­tion­ne­ment d’une appli­ca­tion à un ami, au cours d’un apéri­tif. Style plutôt vivant, phrases courtes. »

Un docu­ment à parta­ger

Votre ligne édito­riale doit être parta­gée avec tous ceux qui peuvent être amenés à écrire chez vous. Et si vous jouez le rôle de rédac’ chef, c’est à vous de constam­ment reve­nir dessus, la relire, la faire appliquer, et de faire un peu la police lorsque quelque chose en sort, de la ligne édito­riale. Les contri­bu­teurs / auteurs n’en seront que plus effi­caces et perti­nents !

A vous de jouer !

Longue prose de notre part aujourd’­hui. Mais la ligne édito­riale est vrai­ment, vrai­ment quelque chose d’im­por­tant pour la suite de vos aven­tures en Content Marke­ting. Et ce n’est pas fini, il faut travailler un peu main­te­nant !

Exer­cices du jour — Quelle est ma ligne édito­riale ?
Durée moyenne : envi­ron 45 minutes

C’est assez simple dans les consi­gnes…

❏ Repre­nez les 4 grands points que nous avons vus ci-dessus et essayez d’y appor­ter des éléments de réponse :

  • Quels sont les thèmes sur lesquels vous souhai­tez vous expri­mer ? Ceux qui sont exclus ?
  • Avec quel angle allez-vous les trai­ter ?
  • Qui parlera ?
  • Quel sera votre ton ?

❏ Envoyez votre travail à vos quelques « amis donneurs de feed­back » en leur deman­dant leur retour (mail-type ci-dessous)

❏ Parta­gez votre ligne édito­riale fina­li­sée aux autres rédac­teurs / créa­teurs de conte­nus

Allez, au travail !

Exemple de mail à envoyer à vos amis-cobayes :

« Hello !
J’avance dans ma réflexion, et j’ai travaillé aujourd’­hui sur ma ligne édito­riale.
Cela consiste à dire ce sur quoi l’on écrit, et comment l’on traite l’in­for­ma­tion. Voici ce que ça donne dans mon cas :

… placer ici votre prose …

Merci de me dire :
– si tu trouves cela clair
– si cela fait sens pour créer des conte­nus
– s’il y a des éléments encore obscurs à tes yeux, ou inco­hé­rents
– quelles ques­tions cela te suscite

Merci ! »

Copyright 2017 Invox. Tous droits réservés